• Montsé

Quelques recettes yogiques


Une fois n’est pas coutume, je vais vous donner quelques une de mes recettes « yogiques » préférées. Je n’ai pas encore trouvé la recette magique de la machine à remonter le temps, et encore moins celle qui vous permettra de faire le grand écart d’un coup d’un seul au saut du lit sans hurler à la mort, mais ces recettes vous apporteront de l’énergie et peuvent même soulager quelques douleurs. C’est déjà pas mal, non ? Allez ! Voici des petites gourmandises à boire ou à manger que l’on retrouve souvent dans mes menus et qui vont vous donner bonne mine et une pêche d’enfer !

Le bol du Buddha ou Buddha’s Bowl Quel rapport avec Buddha vous allez me dire ? Et bien pas grand-chose, c’est juste qu’on le présente dans un grand bol tout rond, et qu’on le remplit généreusement, du coup ça fait penser un peu au ventre rond du buddha. C’est tout bête ! Quelques règles à respecter si l’on veut vraiment faire les choses correctement. La composition du bol tout d’abord. C’est une recette végétarienne, voire même vegan. Alors pour ceux qui auraient déjà dans l’idée de mettre dedans de la salade de museau, du reblochon fondu et une bonne grosse andouillette recouverte de mayonnaise c’est raté. On n’y met donc que des aliments « healthy » of course, sains quoi ! Mais quoi exactement ? Rien de bien compliqué, les combinaisons possibles sont infinies et on ne s’en lasse jamais.


Tout d’abord des légumineuses pour la protéine végétale. On a le choix, lentilles vertes, béluga ou corail, pois chiches, haricots rouges ou blancs, fèves, flageolets, c’est comme on aime. Et on a même le droit de les acheter en conserve mais natures, non cuisinées. Et on les associe à une céréale, riz ou pâtes (au minimum demi complets), nouilles soba, semoule, épeautre, millet. Et le quinoa qui n’est pas une céréale est bien sûr le bienvenu. Cette portion doit représenter environ 1/3 du bol. Ensuite des légumes en veux-tu en voilà ! Ils vont occuper toute la place restante donc… les 2/3 du bol ! Bravo ! Il faut des légumes cuits en rondelles ou en cubes (brocoli, patate douce, betterave, haricots verts, asperges etc…) ce n’est pas le choix qui manque, et aussi des légumes crus (carotte, concombre, tomates cerises, avocat etc…), et des légumes crus à feuilles (chou kale, chinois, vert, blanc ou rouge, salade, pousses d’épinards etc…). Vous me mettez tout çà dans un joli bol coloré (pitié pas une boite en plastique toute moche, ou pire encore un vieux bac de glace rhum-raisin de l’été dernier, on mange d’abord avec les yeux ne l’oubliez pas !), vous faites une joli disposition artistique, vous rajoutez par-dessus quelques graines pour le côté croquant (tournesol, sésame, graines de courges), on assaisonne tout ça avec une petite sauce maison (rangez moi tout de suite cette horrible bouteille plastique pleine de vinaigrette industrielle qui attaque l’estomac), j’ai donc dit sauce maison faite avec un peu de purée d’oléagineux (amande, cajou, cacahuète), ou du yaourt à la grecque si vous préférez, que l’on mélange avec un peu de jus de citron, de l’huile d’olive, du tamari, du vinaigre de cidre, c’est selon les goûts. Et la touche finale, on coupe par-dessus ce magnifique plat quelques herbes fraîches. Je vous laisse choisir, menthe, cerfeuil, coriandre, ciboulette, persil…

Et ensuite, la larme à l’œil devant tant de beauté, bouffie d’orgueil devant ce chef d’œuvre culinaire réalisé avec nos petits doigts boudinés, on attrape sa plus belle fourchette et on savoure cette bombe nutritive les yeux révulsés de plaisir. Et voilà !

Le Kitchari ou Kitcharee cleanse Le kitchari est un plat de référence en médecine ayurvédique. C’est hyper facile à cuisiner, ça vous apporte les nutriments essentiels à un bon équilibre énergétique et c’est tridoshique, ce qui veut dire que ça équilibre les 3 doshas (Vata, Pitta et Kapha), et c’est un aliment Sattvique, il n’augmente donc pas l’acidité, est facile à digérer, nous fait sentir clair, frais et alerte. Aware quoi, comme dirait le grand philosophe Jean Claude VAN DAMME. En plus, le Kitchari est réputé pour faciliter le processus de nettoyage de l’intestin. C’est donc un plat à privilégier dans les cures détox. On peut faire une monodiète de Kitchari pendant quelques jours pour s’alléger un peu si l’on veut.

Ma recette préférée est une recette balinaise, elle est assez gourmande et onctueuse, grâce au lait de coco. La base immuable de cette recette c’est le riz basmati et le dal (que l’on trouve chez l’épicier indien, c’est en fait une lentille dont on a enlevé l’enveloppe). Tout d’abord on rince longuement le riz, et même chose pour le dal. On peut même les faire tremper quelques heures si on veut. Personnellement je fais cuire ces deux ingrédients séparément. J’avais essayé au début de les cuire ensemble mais le résultat était une sorte de bouillie jaunâtre pas du tout appétissante, par contre hyper efficace pour colmater une fissure un peu large dans le mur au fond du jardin.

On a besoin de quelques légumes (moi j’adore le faire avec des épinards, de la patate douce à qui je voue une vraie passion, et quelques carottes), de gingembre frais, d’huile de coco ou de ghee et d’épices ( graines de moutarde, garam masala, cumin, curcuma en poudre, poivre) et de coriandre fraîche si on aime ça. On fait donc cuire séparément le dal et le riz, et on met tout ça de côté. On coupe tous les légumes en petits cubes, on les fait revenir dans une sauteuse avec un peu d’huile de coco et un petit verre d’eau, du sel de l’Himalaya bien sûr et du poivre. On laisse mijoter une quinzaine de minutes. Dans une autre poêle on fait fondre un peu d’huile de coco ou de ghee et on y fait revenir les épices. On verse sur les légumes, on rajoute un peu de gingembre frais, râpé, la coriandre ciselée, le riz et le dhal, et une bonne rasade de lait de coco pour que tout ça soit très onctueux. C’est un plat unique très rassasiant… on ne cumule donc pas avec le Buddha’s bowl !

Et maintenant, roulement de tambours, LA boisson que tout le monde doit absolument connaître et goûter au moins une fois dans sa vie, la potion magique des yogis, celle qui vous promet force et souplesse, le breuvage d’immortalité. Bon j’exagère un chouilla peut-être. Mais pas tant que ça.

Le lait d’or… Il faut d’abord préparer une pâte avec ½ tasse de curcuma en poudre (je ne vous rappelle pas les bienfaits multiples du curcuma sinon l’article fera 10 pages, je vous dis juste qu’il est hyper anti-inflammatoire), 1 cuillère à café de poivre noir (la pipérine du poivre augmente la biodisponibilité de la curcumine du curcuma, et multiplierait par 1000 son efficacité), et une tasse d’eau minérale.


On fait chauffer tout ça dans une petite casserole, à feu doux, jusqu’à obtention d’une pâte que l’on met dans un petit pot en verre ou en terre (mais pas en plastique), et on peut la conserver un mois et demi au réfrigérateur. Vous pouvez aussi utiliser du curcuma frais râpé (attention ça tâche beaucoup !). Pour faire le lait d’or il vous faudra 1 tasse de lait végétal de votre choix (coco, riz, noisette, avoine, amande), 1 cuillérée à soupe d’huile de coco ou autre huile végétale (ce corps gras va faciliter l’absorption du curcuma au niveau de l’intestin), ½ cuillérée à café de la fameuse pâte de curcuma, et un peu de sirop d’agave, d’érable, de coco, de sirop de riz si on a envie d’un peu de douceur sucrée. Personnellement j’utilise mon lait d’amande espagnol, ma madeleine de Proust , l’ALMENDRINA, lait d’amandes concentré et sucré et ça donne un lait d’or unique, MON lait d’or à moi. On mélange tous les ingrédients dans une petite casserole et on touille doucement sans faire bouillir. On peut faire une cure de 40 jours (un verre le matin à jeun ou le soir au coucher), ou l’intégrer à son alimentation et en boire dès qu’on en a envie. Le curcuma a de multiples vertus et, entre autres, il aiderait à la méditation en libérant l’esprit des pensées parasites. Il aurait aussi un effet antidépresseur. A vous la zénitude et les articulations de bébé ! Voilà, avec ça vous allez être au top de la forme pendant tout l’été et tout le reste de l’année aussi, j’en suis sûre. N’hésitez pas à me faire part de vos dégustations et de vos impressions gastronomiques à la dégustation de ces plats « yogiques » !

#buddhasbowl #recettes

113 vues
"Prends soin de ton corps pour que ton âme ait envie d'y rester..."  

  Proverbe indien  

  • Facebook
  • Instagram