• Montsé

Acide ou basique ? Tout est question d'équilibre


Il y a fort fort longtemps, du temps où nos aïeux se baladaient gourdin dans la main droite et trainant Madame par les cheveux de la main gauche, vêtus d’une magnifique jupette de peau de mammouth dernier cri, le menu quotidien faisait la part belle aux végétaux, graines et racines en tout genre. Ben oui, on n’attrapait pas tous les jours une grosse bestiole à se mettre sous les quelques dents qui nous restaient à cette époque (étant donné que l’espérance de vie ne dépassait guère 35 ans, à 23 ans on avait sûrement déjà perdu la moitié de nos dents).

Nos assiettes aujourd’hui n’ont carrément plus rien à voir. Elles sont garnies de viandes d’élevage et de céréales raffinées, agrémentées d’une bonne dose de sel (chlorure de sodium) et d’une foultitude de conservateurs, additifs en tout genre, colorants, amidons modifiés et je ne sais quoi d’autre encore. Une vraie ordonnance ! Et le gros problème de cette alimentation trop riche en protéines animales et en chlorure de sodium a un inconvénient majeur : elle est acidifiante ! Allez c’est parti pour la minute scientifique nécessaire (un peu comme celle de Monsieur Cyclopède…les plus jeunes ne pourront pas comprendre…désolée. Mais vous pouvez toujours aller sur Gougueule voir ce qu’est cette fameuse minute nécessaire…). Pour fonctionner correctement, notre organisme doit se situer dans une zone de pH équilibrée. But what is the pH ?? Et bien le pH c’est le Potentiel Hydrogène, il mesure l'activité chimique des ions hydrogènes en solution. Hein ?? Plus couramment, le pH mesure l’acidité ou la basicité d’une solution. ...

Si ce pH est trop bas, donc trop acide (généralement en-dessous de 7.4), vous souffrez d'un état appelé acidose chronique, aux conséquences potentielles multiples. Quel rapport avec le menu de notre aïeul Pierrafeu ? Et bien c’est tout simple : l’acidité de notre organisme dépend directement de ce que nous mangeons. Les minéraux peuvent être classés en deux catégories selon leur effet sur le pH de l’organisme. A ma droite, les méchants minéraux

« acidifiants » : le chlore, le soufre et le phosphore. A ma gauche, les gentils minéraux « alcalinisants » : le magnésium, le calcium, le sodium et le potassium.

Ce changement considérable qui s’est fait dans nos assiettes au cours des 100 000 ans qui nous précèdent a fait pencher la balance d’une forte consommation de minéraux basiques à une forte consommation de minéraux acides. Et voilà. Le résultat c’est que nous baignons dans une acidose chronique. On fait bloup bloup dans un bain d’acide en gros. Avant d’aller plus loin, petite info sur le PRAL. L’indice PRAL (de l’anglais Potential Renal Acid Load) est une manière d’indiquer la charge acide rénale potentielle d’un aliment, à savoir son effet acidifiant ou alcalinisant sur l’organisme. Du coup chaque aliment a un PRAL plus ou moins élevé.

Ce sont les minéraux contenus dans les aliments qui déterminent cette caractéristique : les légumes, par exemple, combinent une forte teneur en calcium, magnésium, sodium et potassium (minéraux alcalins) à une faible teneur en chlore, soufre et phosphore (minéraux acides).Et c’est le contraire pour les viandes et les fromages par exemple.

Vous salez vos plats ou vous consommez des plats industriels déjà salés ? Le chlorure du sel vient acidifier votre organisme. Vous mangez de la viande tous les jours ? Les protéines animales vous apportent des acides aminés soufrés. Ce soufre rejoint le chlore pour contribuer à abaisser encore votre pH. Vous boudez les fruits et légumes ? Dommage pour vous, ce sont, avec certaines eaux minérales, les aliments les plus alcalinisants qui soient.

L’acidité ou l’alcalinité d’un aliment dépend de plusieurs facteurs, dont sa teneur en protéines et en minéraux, le taux d’absorption des nutriments qu'il contient et la nature des résidus qu'il laisse après avoir été métabolisé.

L'organisme de l'homme possède deux organes essentiels qui lui permettent de se débarrasser des déchets acides qui résultent de son fonctionnement : ce sont les reins et les poumons (les fameux émonctoires dont je vous parle à chacun de mes ateliers).

Certains acides sont difficiles à éliminer, et c'est le rein qui s'en charge. Ce travail est long et difficile et l'élimination est limitée en quantité. Il faut donc éviter de le surcharger parce qu’une fois que le rein est arrivé au bout de sa capacité d’élimination, c’est le début des problèmes de santé. D'autres acides sont plus faciles à éliminer, car ils se transforment en une substance qui a la propriété de "s'évaporer". Cette forme d'élimination illimitée est réservée aux poumons. C'est un travail beaucoup plus facile que le précédent, et qui est couplé avec la respiration (amis yoginis dites merci au Pranayama !). Pour faire simple, par les poumons sont excrétés des acides dits « volatils », provenant surtout de la dégradation des protéines végétales et par les reins sont éliminés les acides fixes « non volatils » provenant surtout de la dégradation des protéines animales. Et c’est une veggie qui vous le dit ! Donc une nourriture carnée est plus acidifiante qu'un régime végétarien. C’est logique. CQFD.

Et bien sûr tout cet acide en trop dans le corps est un facteur déclenchant de maladies comme l'ostéoporose ou l'arthrose ou toutes sortes de maladies dégénératives. Pour tamponner l'acidité, l'organisme puise dans les os et les dents les sels minéraux (principalement le calcium) dont il a besoin pour retrouver un équilibre acido-basique. Donc les produits laitiers ne sont définitivement pas nos amis pour la vie… ce ne serait pas plutôt le contraire ? Je vous laisse vous faire votre propre avis.

Alors quels sont les aliments producteurs d'acides ?

On commence par les pires…. Vous allez voir on retrouve toujours les mêmes sur le banc des accusés… les multi récidivistes. Les protéines animales en excès : viandes, produits laitiers, sous-produits animaliers. Les acides aminés provenant des protéines animales (viande, poulet, poisson...) contiennent des acides forts (phosphorique et sulfurique) et des purines, des cadavérines (si, si c’est comme ça qu’elles s’appellent) qui fournissent elles-mêmes des composés acides (acide urique… qui donne les crises de goutte). Ils sont fortement acidifiants. C’est sûr que papy Pierrafeu, la seule goutte qu’il connaissait c’était celle de sa sueur quand il devait marcher des heures pour trouver sa pitance.

Les acides aminés des protéines végétales, notamment des céréales, qu'elles soient complètes ou raffinées, sont plus facilement éliminées par les poumons. Le café en excès est à éviter aussi. What Else ? Mais pas la peine de jeter à la poubelle la magnifique Nespresso que belle-maman vous a offerte à Noël. Un ou deux cafés par jour restent tout à fait raisonnables. Et là je vais en décevoir beaucoup, le thé noir (riche en théine) et le cacao (riche en théobromine) sont riches en purines et sont classés comme aliments acidifiants. Donc une bonne fois pour toute le Nutella c’est caca. (Je me martèle ça à chaque occasion, mais curieusement ça n’a pas beaucoup d’effet sur moi…bref !)

Evidemment c’est pareil pour le sucre blanc, la farine blanchie et ses dérivés.

Bien sûr qu’on ne peut supprimer totalement les protéines de notre alimentation, car elles sont indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. On doit juste veiller à en limiter la quantité absorbée, et privilégier les protéines végétales comme les légumineuses et les noix. (Petit truc pour la cuisson des légumineuses : après les avoir fait tremper une nuit, rincez les bien et faites les cuire avec une feuille d’algue KOMBU. Le temps de cuisson sera plus court et cela diminuera l’effet ballonnant de ces dernières). Ce sont des aliments moins acidifiants parce qu’ils renferment des sels alcalins comme le potassium, le calcium ou le magnésium. Quant aux légumes, qui sont alcalinisants, ils combinent une forte teneur en calcium, en magnésium et en potassium à une faible teneur en soufre et en phosphore. Donc haro sur la verdure ! Normalement une diète composée de 65 % d’aliments alcalins et 35 % d’aliments acides permet de maintenir un bon équilibre acido-basique, mais certains problèmes de santé peuvent exiger une proportion plus élevée d’aliments alcalins (jusqu’à 80%).

Allez pour finir, une petite liste non exhaustive des aliments les plus acides et les plus alcalins, ça vous aidera à composer vos assiettes.

Pour les acides :

  • Le sucre blanc et tous ses dérivés,

  • Les farines blanches et dérivés : pain blanc, biscottes, pâtisseries, pâtes, semoule, boulgour.

  • Les huiles raffinées.

  • Le thé noir, l'alcool, le café.

  • Les viandes, poissons, volailles, gibiers.

  • La charcuterie, le foie, les rognons, les abats, la cervelle.

  • Les œufs.

  • Les laitages (notamment les fromages forts et fermentés).

  • Les aliments déjà préparés ou en conserve.

En ce qui concerne les céréales, le blé et le riz sont riches en carbohydrates et créent des acides et du mucus mais ce sont des protéines végétales et leur assimilation est plus facile que celles animales : elles peuvent être consommées avec modération. Il faut éviter le maïs. Certaines céréales sont moins acides et sont préférables à utiliser : l'amarante et le quinoa (décidément celui- là il est bon dans toutes les catégories, on va finir par ne manger plus que ça !).

D'autres sont mi-acides, mi-alcalines et peuvent également être utilisées : le millet et le sarrasin.

Pour les alcalins :

Les légumes, les fruits frais (y compris le citron qui a un goût acide mais qui une fois l’estomac devient alcalin), les graines germées, les jus d’herbes, les algues, la spiruline, la chlorella, le pollen, la gelée royale, les herbes aromatiques et les épices.

Voilà, c’était un peu long de vous expliquer tout ça, mais c’était indispensable que vous compreniez le pourquoi du comment, et en définitive vous avez vu qu’il est très facile de composer son assiette de manière à conserver un bon équilibre acide-base. Pensez-y au prochain repas !

#ph #santé

30 vues
"Prends soin de ton corps pour que ton âme ait envie d'y rester..."  

  Proverbe indien  

  • Facebook
  • Instagram