• Montsé

Les diètes loufoques


Yummy Yummy ? ou carrément pas Yummy du tout… à vous de juger !

Un jour pendant que je donnais un cours de yoga chez une amie, et qu’on abordait une fois de plus le sujet du végétarisme (c’est fou ce que ça fait parler les gens cette histoire !) elle m’explique que des amis d’amis lui ont raconté avoir reçu à dîner chez eux des gens qui ne mangeaient que des aliments « pourris » (ce sont ses mots, mais pas sûre que le terme soit vraiment bien approprié…), que ces gens ont donc débarqué avec leur boites en plastique remplies de trucs soit disant « pourris », et qu’il était hors de question qu’elle reçoive chez elle des personnes qui mangeaient ce type d’aliments… elle trouvait ça dégoûtant.


Quoi ? Je ne suis pas au courant de cette manière de manger, moi qui pensait tout connaître ou presque dans ce domaine ? Il faut réparer ça tout de suite, et puis en plus ça m’intrigue cette histoire d’aliments « pourris », ça doit forcément être autre chose. Je vais mener mon enquête… Franchement j’ai un peu galéré mais je crois avoir trouvé ce dont elle parle. Evidemment il ne s’agit pas d’aliments « pourris » bien sûr, ou alors je suis complètement à côté de la plaque et ces amis d’amis ont peut-être des goûts alimentaires très particuliers et n’aiment en effet que les aliments pourris, après tout, les asiatiques mangent des œufs fécondés pourris, et eux ils trouvent ça très bon, donc tout est possible.

J’ai découvert qu’il existait des fruitariens. Alors avant d’aller plus loin dans les explications, je voudrais tout d’abord dire que je ne porte aucun jugement sur ces pratiques alimentaires, je ne fais que les détailler, souvent avec humour, mais inutile de m’envoyer des lettres d’insultes si vous avez l’impression que je range ces diètes dans 2 catégories, les bonnes et les mauvaises. A chacun ses interdits alimentaires, c’est ce que je clame haut et fort depuis toujours. Donc, que vous mangiez des hamsters, vos ongles de pieds en salade, ou uniquement des aliments de couleur rouge, vous avez sûrement une bonne raison de le faire, et je respecte cette raison. Poursuivons donc…

Les fruitariens, ou en tout cas certains fruitariens, ne consomment que ce qui tombe tout seul (ou serait tombé) d’une plante (ce qui veut donc dire que le fruit qui tombe est déjà très très mûr, voire presque pourri parfois), soit la nourriture qui peut se récolter sans endommager la plante. Certains ne mangent que des fruits, d’autres acceptent les graines. Mais pourquoi que des fruits alors ? Et nos amis les légumes ? Et là je vous laisse réfléchir à ce que j’ai lu sur un forum de frugivores :

« Les légumes sont vivants, et malgré leurs différences avec le monde animal, nul ne peut affirmer qu'il n'existe pas une forme de conscience liée à ce phénomène du vivant. D'où la tentative de ne pas tuer du tout, même des formes de vie végétales ». Donc si j’ai bien compris, la pomme n’est pas vivante, mais la courgette si !

Du coup, lancée comme je l’étais j’ai continué à fouiner parmi les manières de manger les plus originales qui soient. Alors je vous fais grâce de tout ce que vous connaissez déjà par cœur, le végétarisme (sans animaux morts ou vivants), le végétalisme (pareil que les végétariens mais sans aucun produit d’origine animale non plus, miel, œufs, lait, gélatine), le véganisme (pareil que les végétaliens mais sans exploiter non plus la cause animale, donc pas de cirque, de zoo, ne portent pas de cuir, de laine, de soie etc …), le sans gluten, le sans lactose, je ne parlerai pas du flexitarisme parce que pour moi ça n’existe pas ce truc. C’est un mot qui ne sert à rien. En fait être flexitarien ça voudrait dire être végétarien de temps en temps. N’importe quoi !! On est omnivore ou végétarien mais pas entre les deux. On peut être un omnivore qui mange peu de viande, c’est ce que j’étais avant de devenir définitivement végétarienne, je mangeais de la viande blanche ou du poisson 6 fois par an environ. Et bien je ne me considérais pas pour autant flexitarienne, j’étais juste une omnivore à faible consommation d’animaux. Donc ce genre de néologisme est complètement inutile et ne sert qu’à se faire mousser pendant les soirées branchées avec un toast de foie gras à la main, histoire de se disculper bien sûr !

Il y a aussi le crudivorisme (ou raw foodisme) dont vous avez sûrement entendu parler. Le principe est simple, manger tout cru, ou presque. Les crudivores sont quasiment tous végétaliens, ne se nourrissent donc que d’aliments d’origine végétale. La cuisson à très faible température (en dessous de 40°) est parfois tolérée par certains. L’objectif de ce mode d’alimentation est d’éliminer les toxines, retrouver le « vrai » goût des aliments, améliorer la digestion (à condition d’avoir des intestins en titane, parce que toutes ces fibres crues, ça irrite parfois…), profiter des tous les nutriments des aliments qui du coup ne sont pas détruits par la cuisson, et avoir plus d’énergie. Sur le papier ça a l’air complètement évident et super simple à faire. Au quotidien c’est autre chose. C’est sûr que manger des bons fruits juteux, se faire des smoothies et des salades avec des graines ça paraît facile, mais on finit vite par ne manger que des trucs faciles à manger, et donc à manger presque tout le temps la même chose. Et puis ça nous interdit certains légumes que nous ne savons pas digérer crus, comme la patate par exemple (non ,non… la patate crue c’est beurk). Pas de féculents non plus, il faut donc diversifier énormément son alimentation avec des graines, des graines germées et ça demande pas mal de préparation. Et puis toutes ces fibres crues peuvent irriter les intestins fragiles. Et enfin en hiver manger toujours froid doit être un peu difficile, mais certains peuvent faire cuire leurs aliments à très basse température. Quoi qu’il en soit la nourriture crue est excellente pour la santé, c’est une alimentation vivante, donc même si vous n’êtes pas complètement crudivore, faites leur la part belle dans votre alimentation. Vous devriez manger du cru à chaque repas !

Et le régime paléo, vous connaissez ? Il suffirait pour retrouver la santé de manger comme nos ancêtres les plus lointains… Ce régime est simple, on mange de la viande (gibier maigre, poisson, mollusques, larves, escargots… miam miam!), des légumes, des fruits secs oléagineux (amandes, noix, etc…), et on supprime tout le reste, céréales, produits transformés, sucre, produits laitiers. Et avec tout ça, vous êtes censés retrouver une ligne haricot vert et la grosse patate. Mouais…pas convaincue.

Personnellement je ne suis pas sûre que nos ancêtres mangeaient de la viande tous les jours, et même quand ils en mangeaient elle n’avait rien à voir avec la viande qu’on trouve aujourd’hui. Ils n’élevaient pas de bétail eux, donc ils mangeaient des petits oiseaux, des rongeurs, et peut être de temps un temps un mammouth qui sait ? Mais sûrement pas du poulet aux antibiotiques, du bœuf rempli de bactéries résistantes et du poisson fourré au mercure. Et puis, ils se déplaçaient à pied dans la nature, ils faisaient des kilomètres pour trouver leur pitance, donc ils éliminaient tout. Aujourd’hui pour trouver sa pitance, l’homo-erectus chope son smartphone et se commande une mégapizza pleine de graisses saturées, qu’il se fait livrer bien sûr, ou il prend sa voiture pour aller au restau du coin. Donc pas sûre que ce régime soit vraiment adapté à notre époque. Ah oui au fait, détail qui a son importance, à l’époque du paléo l’espérance de vie était de 35 ans ! Et puis crotte, c’est pas bon pour la planète de manger autant d’animaux, même si c’est pour vous faire maigrir, donc je dis NON au régime paléo.

Je ne parlerai pas du régime DUKAN parce que là ce n’est plus du régime, c’est juste un business.

Next. Certains régimes proposent aussi de classer les aliments par couleurs (vert, rouge, orange, jaune, violet) et de respecter une sorte d’arc en ciel de couleurs à chaque repas. Pourquoi pas ? Mais pour finir par quelque chose de franchement drôle (ou pathétique à vous de voir), voici ce que j’ai trouvé de plus loufoque, pour ne pas dire débile, en matière de régimes :

Le régime coton

Ce régime consiste donc à avaler du coton. Euh… oui vous avez bien lu. Le coton étant très pauvre en calories, il remplit l'estomac et couperait donc la faim. Vous reprendrez bien un petit DEMAKUP trempé dans votre thé, juste par gourmandise ? Partant de ce postulat, ça marche aussi avec l’essuie-tout, le papier toilette (recyclé si possible, faites un geste en même temps pour la planète), les filtres à café et les compresses. Prévoyez quand même un bon litre d’eau à côté de vous en permanence, parce qu’on meurt vite étouffé quand même… JE VOUS EN SUPPLIE, NE FAITES SURTOUT JAMAIS ÇA CHEZ VOUS !

Le respirianisme (ou Pranayanisme pour les yogis !)

L'adepte du respirianisme ne se nourrit que de sa propre respiration, son souffle. Plus besoin de nourriture, plus besoin de boisson, si vous respirez vous aurez le ventre plein à ce qu’il paraît. Un régime très bon marché... et qui vous assure une mort lente mais certaine, et Youpi on pourra vous enterrer dans un jean Slim taille 32, c’est pas cool ça ?

PITIÉ NE FAITES JAMAIS ÇA NON PLUS !!

Le régime petits pots

Un régime qu'a suivi Jennifer ANISTON (on la comprend la pauvre, elle ne rentrait plus dans son 34 Slim, obligée de passer au 36, le cauchemar quoi !), elle mangeait 14 petits pots par jour... En gros, il s'agit de manger de la nourriture « saine » (Ce n’est pas moi qui le dit !) : fruits, légumes, viandes et poissons blancs sous la forme de purée. (J’ai tout à coup le souvenir très net de l’odeur des petits pots que je donnais à mes enfants, et soudain j’ai la nausée). Pourquoi ça marche? 14 petits pots = 1000 calories, soit un peu plus de la moitié des apports journaliers dont a besoin une femme adulte... C’est donc complètement débile comme argument ! Pourquoi des petits pots ? C’est juste un régime basse calorie, donc dangereux, qui abaissera votre métabolisme et vous fera reprendre plus de poids que vous n’en n’aurez perdu. OUBLIEZ TOUT DE SUITE !

Le régime corset

Le principe est très simple, les personnes (généralement des femmes, on voit mal Raymond porter un corset pour prendre du ventre…) souhaitant réduire leur tour de taille portent un corset chaque jour, au départ durant quelques heures, puis montent jusqu’à 12 heures par jour. Evidemment sanglée dans cet instrument de torture y’a plus grand-chose qui peut passer dans l’estomac. Mais si on va par là et qu’on est une vraie « warrior » on passe directement au stade supérieur : on se fait souder les mâchoires ! En voilà une bonne idée, non ?

Au Liban c’est la grande mode.

Tu dois te marier prochainement ? Tu ressembles à un Loukoum mais tu n’as pas le courage de te mettre au régime ? Vas donc te faire souder les mâchoires ! Tu ne pourras plus ouvrir la bouche pendant 1 ou 2 mois (en fonction de la taille du loukoum), tu ne te nourriras qu’avec une paille et tu ressembleras à Jennifer ANISTON le jour de ton mariage ! Youpi ! Bon, ce qu’on ne te dit pas c’est que tu reprendras très vite tout le poids perdu et avec un petit rab en plus et qu’au passage tu auras perdu tous tes muscles et peut-être même quelques dents. OUBLIEZ AUSSI !

Pour finir, je ne peux vous dire qu’une seule chose, oubliez très vite tout ce que vous venez de lire. Soyez raisonnable, si vraiment vous avez du poids à perdre (mais du vrai poids, pas 500 g de gras sur le ventre), faites-vous aider par un médecin, ne faites pas n’importe quoi, acceptez l’idée de devoir pratiquer une activité physique régulièrement jusqu’à la fin de vos jours et de changer peut-être définitivement votre manière de vous alimenter, et pour les autres soyez juste raisonnables. Si vous faites des excès pendant le weekend, mettez-vous au vert quelques jours, supprimez les sucreries, l’alcool et tout ce qui est transformé, faites un peu plus de sport que d’habitude et buvez beaucoup d’eau. Logiquement tout devrait rentrer dans l’ordre rapidement.

Et puis le poids idéal, le poids de forme, n’est pas forcément celui que vous rêveriez d’atteindre, c’est un mythe de penser ça. Le poids de forme est celui qui vous permet de manger pratiquement n’importe quoi (dans la mesure du raisonnable bien sûr !) sans prendre de poids. Mais ce poids de forme est peut-être 4 ou 5 kilos au-dessus de celui que vous rêveriez de peser. Il faut juste l’accepter, au risque de se mettre en danger et de détraquer complètement son métabolisme de base à grands coups de régimes drastiques et farfelus.

Allez hop ! On se fait une tisane, on déroule son tapis et c’est parti pour quelques postures dynamiques !

#diètes

21 vues
"Prends soin de ton corps pour que ton âme ait envie d'y rester..."  

  Proverbe indien  

  • Facebook
  • Instagram