• Montsé

Faut-il devenir végétarien ?


Faut-il devenir végétarien ?

Parce que les zanimo c’est trop mignon et les tuer pour les manger c’est mal… Euh… Mais encore ?

Sérieusement… les raisons de devenir végétarien sont aussi nombreuses et valables que les raisons d’arrêter de fumer (même si personne n’a encore inventé les patches à l’entrecôte et le chewing-gum au saucisson…).

Allez, je vous les balance d’un coup et je détaille plus bas :

  • c’est bon pour les animaux (juste évident pour tout le monde)

  • c’est bon pour la planète (ça l’est un peu moins pour certains)

  • c’est bon pour le porte-monnaie (je sens que ça en intéresse quelques uns !!)

  • c'est bon pour la santé (si, si, craché juré…)

Pour nos amis les animaux…

Inutile de vous faire un dessin. Il est évident que si on arrête de massacrer chaque jour des millions d’animaux dans des conditions qui parfois s’apparentent à de la barbarie, nos petits copains à 2 ou 4 pattes, à plumes, à poils ou à écailles s’en porteraient forcément mieux.

Et nul ne sait pourquoi certaines espèces sont épargnées à un endroit de la planète et font saliver des populations entières de l’autre côté de la même planète.

Si, si je vous assure que les mygales frites sont un délice en Thaïlande et le chaton laqué en Chine fait un malheur. C’est bon j’arrête…

Pour la planète

Savez-vous que la première cause de pollution au monde ce ne sont pas les voitures, les usines, ou je ne sais quel engin qui pue et crache de la fumée empoisonnée ??Que nenni ! Je vous donne un indice… des bonnes cuisses bien dodues, des grosses mamelles, ça machouille toute la journée…Qui a dit : ma collègue de bureau ?

Meuhh non ce n’est pas elle, ce sont nos amis les bovins ! Et voui, pour pouvoir approvisionner le barbecue de tous nos amateurs de viande toute l’année aux 4 coins de la planète il faut en élever un paquet de ces bestiaux.

Allez, la minute intellectuelle de l’article, les chiffres :

  • Pour élever un boeuf jusqu’à la taille « boucherie » (ben oui on ne l’élève pas juste pour le plaisir de le voir grandir ! pfff naïfs que vous êtes), donc pour le faire grossir jusqu’à ce qu’il soit transformable en belles entrecôtes il faut entre 7 et 16 Kilos de céréales par kilo de bœuf, et 15400 litres d’eau, toujours pour produire 1 seul kilo de bœuf (contre 290 litres d’eau pour produire 1 kilo de patates) . Et oui vous avez bien lu. Sachant qu’un bœuf prêt pour l’abattoir pèse environ 900 kilos, je vous laisse faire la multiplication, moi ça me donne le tournis.

  • Et toutes ces bêtes qui n’ont d’autre activité que manger et grossir font aussi popo bien sûr une bonne partie de la journée, (désolée je n’ai pas trouvé le nombre de tonnes de bouse que peut produire un bovin au cours de sa trop courte vie), et péter et roter entre deux bouses parce que toute cette herbe ça donne des gaz ma pov dame (amis de la poésie bonsoir !). Et sachez que le méthane est un gaz à effet de serre 25 fois plus puissant que le CO2. Et donc tout ce méthane produit par les intestins de nos amis ruminants et bien ça n’arrange pas du tout notre couche d’ozone qui n’en finit pas de se trouer comme une veille chaussette usée.

Pour le porte-monnaie

Attention ça va aller très vite : un kilo de riz ou de carottes coûteront toujours moins cher qu’un kilo de bœuf, de poulet ou même de sardine.

Next.

Pour la santé

Et c’est là que je vous entends… Si, si je vous entends, j’ai installé des micros partout. « Mais si on ne mange pas de viande on n’a plus de force, on perd ses muscles, on devient tout anémié, tout faible, on a des carences….blablabla » etc…Oh ooooh !!! On se calme… Et tant qu’on y est on perd ses cheveux et ses dents aussi ?

Depuis toujours on nous fait croire que c’est la viande qui donne la force à l’être humain, y’a qu’à voir les lions qui ne se nourrissent que de ça… ils sont forts, avec des grandes dents et tout plein de cheveux. (Ceci dit les éléphants sont végétariens et d’un seul petit coup de pied ils mettent K.O Mouffassa et toute sa bande de chevelus vite fait). Et pour en revenir aux félins, la nature les a faits ainsi. Ils ont des griffes acérées pour pouvoir tuer un animal, des dents longues et pointues pour le déchiqueter et le mâcher, et surtout un système digestif adapté. Un intestin très court qui fait que quelques heures après l’avoir ingéré par le haut, le lion évacue son repas par le bas, il possède également un acide gastrique très puissant, très concentré en acide chlorhydrique, 20 fois plus puissant que notre acide digestif à nous, spécialement étudié pour digérer les cadavres (et oui c’est quand même comme ça que ça s’appelle un animal mort), alors que nous les humains sommes bien différents. Les animaux carnivores sont capables de garder leur pH gastrique bas (autour de 1-2, donc très acide) même en présence d’aliments. Cette très forte acidité est nécessaire pour faciliter la décomposition des protéines et tuer les bactéries dangereuses souvent trouvées en abondance dans les chairs en décomposition…. Bon appétit !!!

Imaginez maintenant que vous deviez vous-même tuer l’animal que vous souhaitez manger à votre prochain repas ! Sans aucun autre outil que ce que mère nature vous a donné à la naissance... Ne mettez pas le barbecue en route toute de suite, ça risque d’être un peu long… Je vous imagine courant derrière un joli cochon rose… essayer de le tuer de vos propres mains (essayer de l’étrangler par exemple… Hihihi), une fois bien mort, il vous reste à l’ouvrir avec vos ongles manucurées ou pas (les porteuses de faux ongles ont un avantage sur les autres), et ensuite le dépecer avec vos dents (et là les appareils orthodontiques peuvent être une aide). Je vous fais grâce de la chasse au bœuf, au sanglier (qui je pense vous aura tué le premier), et oubliez carrément le poisson, à part une épinoche (et encore) vous ne choperez jamais rien à mains nues. Mais revenons un peu à nos histoires de boyaux… Notre tube digestif est bien différent de celui des carnivores.

Le tube digestif des carnivores mesure environ 3 fois la longueur de leur corps. Le nôtre mesure entre 10 à 12 fois la longueur de notre corps et si on nous dépliait les boyaux pour les étaler au sol (je suis sûre que quelqu’un a déjà essayé d’ailleurs… Jack l’éventreur peut-être ? Et ça se trouve c’est grâce à lui qu’on a les chiffres !?! Horrible… ), bref si on étalait tout ça on obtiendrait la taille de 2 terrains de tennis, entre 300 et 400 m²… Je sais, ça vous laisse sans voix. Tout ça pour dire que l’intestin offre la surface de contact la plus importante du corps humain, loin devant les poumons (80 m² environ) et la peau (13m² environ), d’où l’importance de ce qui rentre en contact avec cette IMMENSE surface.

Et il n’est pas du tout adapté à la digestion d’un animal mort (pour ceux qui ne le savaient pas encore, une escalope de dinde ou un filet de sole c’est un animal mort… Je sais c’est tout de suite moins ragoutant). Il s’écoule parfois plusieurs jours entre l’ingestion d’un aliment et son « expulsion » (je ne sais pas quel mot utiliser pour ne pas vous choquer). Ce qui veut dire que pendant plusieurs jours, votre morceau de viande va stagner dans votre intestin, libérer ses substances toxiques (purines, cadavérines etc…), les antibiotiques et autres médicaments donnés aux animaux pour ne pas qu’ils décèdent avant l’abattoir (c’est que ça coûte un bras ces bestioles), et traverser la paroi de votre intestin pour diffuser tout ça dans votre organisme. Et pour les poissons chargés en métaux lourds c’est la même chose, avec un petit bonus d’antibiotiques, antifongiques et autres joyeusetés pour les poissons d’élevage.


Et maintenant la minute d’HORREUR suprême… âmes sensibles passez directement au paragraphe suivant…

« LES TOXINES La viande, même cuite, est infestée de micro-organismes de putréfaction identiques à ceux qu’on trouve chez les animaux morts. On laisse volontairement la viande se décomposer suffisamment pour que le tissu conjonctif se désintègre, ce qui rend la viande plus tendre. Cependant, la viande dont la décomposition est déjà amorcée est très toxique et sa consommation est l’une des causes principales des problèmes de reins et de foie. Cette viande pleine de bactéries est extrêmement nocive pour tout le système digestif. Un steak non réfrigéré pendant deux jours contenait tellement de toxines putrides que l’extrait liquide qu’on en a fait a tué un cochon d’Inde par paralysie en deux heures. Dans son manuel sur l’inspection des viandes, Ostertag rapporte que dans la viande conservée dans la glace pendant deux semaines se trouvaient des millions de bactéries par milligramme. Les souris qui reçoivent une injection de ces cultures bactériennes en meurent dans les vingt-quatre heures. Pour détruire efficacement les bactéries de la viande, on doit la cuire à une température de 248° F pendant deux heures. Sauf pour les viandes en conserve, on cuit rarement les viandes à une température si élevée pendant une longue période. La viande à hamburger, par exemple, est habituellement rôtie ou frite quelques minutes seulement et servie, la plupart du temps moyennement cuite, à la demande du consommateur. La cuisson ordinaire et même le rôtissage ne détruisent pas les bactéries nuisibles. Dans la nature, les prédateurs carnivores dévorent leurs proies sur-le-champ, ne laissant pas aux bactéries putrides le temps de se multiplier assez pour leur causer des problèmes digestif ».

(Article extrait du site : Alimentation vivante)

Pour ceux qui sont encore avec nous, qui ne se sont pas rués aux toilettes les 2 mains sur la bouche après la lecture du précédent paragraphe, je sais ce que vous vous dites :

« Mais si on ne mange pas de viande, où trouve-t’on de la protéine ? »

Et bien presque partout ailleurs. Et oui, on trouve de la protéine presque partout. Dans les légumes, les légumineuses, les graines (noix, amandes, noisettes, cacahuètes…), les céréales, les œufs etc….

D’abord il faut savoir qu’on n’a pas besoin de tant de protéine que ça pour vivre en bonne santé. Il en faut entre 0.8 g et 1 g/kilo et par jour. Et pour les sportifs de haut niveau on peut aller jusqu’à 1.5 g/kilo/jour (j’ai dit les sportifs de haut niveau ! 2 h de zumba et 1 jogging par semaine ne font pas de vous un ou une sportive de haut niveau…non, non !! A partir de 12 h de sport par semaine on peut commencer à revoir les besoins en protéines, et pas 12 h de pétanque et de baby-foot hein ? Hussein Bolt lui par contre il a le droit d’avoir du rabe de prot.). Le danger qui nous guette, nous habitants des pays civilisés c’est la surconsommation de protéines, et pas la carence, pas de risque donc. Et l’excès de protéines animales entraîne des problèmes de santé (insuffisance rénale, hypercholestérolémie…) que n’entraîne pas la surconsommation de protéines végétales.

Et la dose quotidienne recommandée est très vite atteinte, même sans viande.

Allez, maintenant des petites listes (je suis une accro des listes, j’en fait pour tout et n’importe quoi).

Bénéfices d’un régime végétarien pour la santé :

  • Réduction des maladies cardio-vasculaires, des cancers et des AVC, du diabète de type 2, de l’hypertension,

  • Baisse du taux de mauvais cholestérol (le LDL),

  • Espérance de vie plus longue, entre 6 et 10 ans de vie en plus par rapport aux omnivores,

  • Diminution du risque d’obésité,

  • Meilleur transit du fait de l’absorption importante des fibres contenues dans les végétaux,

  • Diminution de certaines allergies,

  • Regain d’énergie du à l’absorption importante de vitamines et de minéraux,

  • Plus jolie peau (toujours pour la même raison),

  • Réduction des odeurs corporelles désagréables et de la mauvaise haleine (c’est vos amis et votre moitié qui vont être contents !)

Les aliments les plus riches en protéines :

  • l’avoine 16.8 % (par ici le porridge au petit dej),

  • le riz sauvage 14%,

  • les cacahuètes 25.8 % (imbattable et délicieux le beurre de cacahuète sur les tartines),

  • les fèves 26%,

  • les lentilles 25% et bourrées de fer en plus,

  • les pois chiches 19% (et hop un peu de houmous pour tremper les carottes),

  • le soja 40 % (à utiliser sous toutes ses formes, tofu, soja texturé etc…),

  • les amandes 18% (super pour une collation à 16 h avec un fruit, mais pas 1 kg par contre... Juste une poignée, et pas salées bien sûr !),

  • les graines de sésame 18 % (à user sans modération dans les salades, les pains, les biscuits, et toujours dans le houmous sous la forme de Tahin),

  • Les graines de courges 19 % (même chose que sa copine la graine de sésame mais en plus c’est un vermifuge naturel et Messieurs elle est excellente pour la prostate, c’est pas merveilleux ça ?)

  • le quinoa 13% (on en trouve maintenant produit en France).

Et tous ces merveilleux aliments sont bien évidemment garantis 0% de cholestérol.

Les sportifs de haut niveau végétariens ou végétaliens :

  • Carl LEWIS (végétalien), record du monde du 100 m, du 4 x 100 m et 4 X 200 m,

  • Martina NAVRATILOVA, championne de Tennis,

  • Scott JUREK, ultramarathonien végétalien, 7 fois vainqueur de la WSER (160 km) et auteur d’un livre très intéressant EAT AND RUN, disponible maintenant en Français,

  • Chris CAMPBELL, champion du monde de lutte,

  • Edwin MOSES, médaille d’or au 400 m haies et record du monde de la même discipline,

  • Serena WILLIAMS, championne de Tennis,

  • Marie Claude PIETRAGALLIA, danseuse étoile,

  • Djamel BOURAS, champion de Judo,

  • Torre WASHINGTON, bodybuilder vegan (allez voir sa photo sur le net, il n’a pas l’air de souffrir de problèmes de santé et il n’a pas l’air chétif pour un sou…personnellement j’éviterai de le contrarier).

Le pourcentage de végétariens dans le monde :

  • Etats Unis 12 %,

  • Allemagne 9 %,

  • Angleterre 7 à 11 %,

  • France 2% (peut mieux faire),

  • Portugal 0.3 % (je sais même pas pourquoi j’en parle….le bacalao sera toujours plus fort que tout chez eux !), mais les études ne sont pas toutes d’accord et certaines leur donnent un pourcentage proche de celui de la France,

  • And the winner is : L’Inde avec 40% de végétariens sur le territoire, avec parfois 80% de végétariens dans certaines régions du Sud à forte tendance Hindouiste. Moi je dis RESPECT !

Différence entre végétarien, végétalien et vegan :

  • Les végétariens ne consomment aucun animal, mort ou vivant (donc pas d’huitres non plus), ni aucun produit issu d’un animal ayant nécessité sa mort (comme par exemple le caviar qui nécessite que l’on tue l’esturgeon pour lui ouvrir le ventre et récupérer ses œufs, sympa non ?). Contrairement aux œufs des volailles, qui sortent sans douleur, (enfin je crois…) et sont des œufs non fécondés, donc ne donnant naissance à aucun animal même si on le couve pendant des mois,

  • Les végétaliens ne consomment aucun animal bien sûr comme les végétariens mais également aucun produit provenant d’un animal. Donc aucun produit laitier (lait, fromage, beurre, yaourt), pas d’œufs et pas de miel non plus, pas de bonbons faits avec de la gélatine de porc par exemple !

  • Les vegan sont comme les végétaliens question alimentation mais en plus refusent d'utiliser les animaux sous quelle forme que ce soit, donc pour les vêtements pas de laine, de soie (ben oui tous ces petits vers à soie qui travaillent sans relâche pour faire nos jolis carrés Hermès, et sans le moindre salaire en plus), pas de cuir (il vous reste les tongs et les Crocs, vous allez faire fureur au bureau et surtout dans les cocktails…), et refusent également l’exploitation de l’animal par l’homme, ne vont donc pas au cirque, ni au zoo. Et moi je lève mon chapeau à ceux qui arrivent à se tenir à cette ligne de conduite parce que franchement ça doit être très très dur. Amis Vegan je vous présente tout mon respect…

Voilà, je vous ai fait un petit résumé de ce qu’il est bon de savoir sur le végétarisme. Bon OK je suis végétarienne, mais ça je pense que vous l’aviez deviné, et comme tout bon végétarien qui se respecte je suis profondément persuadée que pour sauver la planète il faudra se tourner vers ce type d’alimentation. On ne pourra pas de toute façon continuer à fournir de telles quantités de viandes aux humains sans courir à la catastrophe, il faudra tôt ou tard diminuer notre consommation de viande. Il ne s’agit pas de forcer tout le monde à être végétarien, mais essayez une fois par semaine de ne pas manger de viande. Vous verrez que ce n’est pas si difficile que ça, et c’est déjà énorme pour la planète. Et quand vous verrez que vous avez survécu à une journée sans viande ni poisson, vous aurez peut-être envie d’essayer une deuxième journée dans la semaine. Et là vous êtes sur la bonne voie. Votre corps vous remerciera et la planète aussi.

Et pour finir par une belle phrase, voici celle de PYTHAGORE (qui n’a pas fait que des théorèmes visiblement) :

"Aussi longtemps que les hommes massacreront des animaux, ils se tuerons entre eux. Celui qui sème les graines du meurtre et de la souffrance ne peut récolter ni la joie, ni l'amour".

Pythagore

#végétarisme #végétarien

"Prends soin de ton corps pour que ton âme ait envie d'y rester..."  

  Proverbe indien  

  • Facebook
  • Instagram